TUEURS de Stéphane Bourgoin

TUEURS

L’auteur Stéphane Bourgoin est spécialisé dans les crimes et leurs tueurs. Avec ce livre il n’en est  pas à son coup d’essai. Il a déjà traité le sujet au cours de 3 autres ouvrages traduits en différentes langues. Autant dire que Bourgoin est un expert des meurtres et que ses écrits sont lus et reconnus dans le monde. C’est le meurtre de sa compagne, aux Etats-Unis en 1976, qui déclenche chez l’auteur l’envie de savoir ce qu’il se passe dans la tête de Tueurs… 
 
Je ne vais pas faire long car je n’ai pas du tout aimé le livre. Certes on sent au fil des pages la maitrise complète du sujet. Mais la lecture est étrange et un peu malsaine à la longue.
Durant les 283 pages on nous relate des histoires morbides d’enfants violés, assassinés et de bonnes dépouillés et enterrées vivantes. C’est comme une suite de mauvais thrillers mit bout à bout dont on connait déjà les coupables en lisant les premières lignes. Sauf, qu’ici les histoires sont vraies. Et les victimes réelles.
 

Un point m’a gêné durant la lecture… J’ai eu comme un sentiment de voyeurisme. On pénètre dans la vie des tueurs avec une étrange facilitée. Les faits sont décrits sans retenue et avec détails.
Au bout du 3ème récit on se demande quand est-ce que cela va se terminer. Le lecteur prend peu à peu conscience que ce sont des histoires affreuses décrites avec sang-froid. Le même sang-froid dont font preuve les tueurs. Et pourtant on va jusqu’au bout du livre. Les histoires passent et le lecteur devient de moins en moins sensible à ces tragédies. Le fait de mettre les histoires en liste donne le sentiment que ce sont des tueurs parmis tant d’autres. Nous sommes comme anesthésiés.
 
Dans ce livre se trouve un avant-propos qui tente d’expliquer la démarche de l’auteur. On apprend donc qu’il a rencontré 70 tueurs, étudié différents profils de criminels et consacré 3 ouvrages sur le sujet.
L’auteur finit par : « Lorsque vous refermerez  les pages de ce livre, je désire que vous gardiez présent à l’esprit que, derrière chaque cas de tueur en série, il y a un grand nombre de victimes et de familles proches qui ont connu le martyre et qui continuent de souffrir. »
Stéphane Bourgoin souhaite que l’on se souvienne que derrière chaque cas de tueur il y a une famille. Il veut que l’on se souvienne d’elles… Pour ma part je n’ai pas du tout ressentis la peine, ou l’ « hommage » rendu aux familles des victimes. On sait très peu de choses sur ces disparus et sur le chagrin et la colère des familles. La disparition de l’être cher n’est pas assez décrite par l’auteur pour que l’on ressente cette injustice et que l’on partage la colère des proches et que l’on réalise son désir. Pourtant, lorsque l’on connait l’histoire personnelle de l’auteur on peut s’attendre à ce que cette facette soit plus humaniser et plus exprimée.
Mais Bourgoin se concentre essentiellement sur les tueurs, leur histoire et leurs crimes. On se prend d’avantage de pitié pour la famille du tueur, qui la plupart du temps n’a pas encouragé cette violence et cette destinée. Qui souhaite voir son fils condamné à perpétuité pour avoir commis une série de meurtres ?
 
 
Bref, tout ça pour vous conseiller de lire ce livre seulement si vous êtes passionné par le sujet. Mais, attention, être passionné par le sujet vous rapproche du profil dérangé de certains tueurs….
Je sais que le but de l’auteur n’est pas de rendre agréable la lecture. Mais de faire prendre conscience que les tueurs peuvent être n’importe qui. Mais il y a manière de faire. Et pour ma part, ici la manière n’est pas la bonne.
Donc……Si vous ne vouez pas un culte aux tueurs en série, préférez un bon thriller inventé de toutes pièces. Même un mauvais… Il sera toujours plus agréable à la lecture.


Livre échangée sur le blog littéraire de Delphine
et pour vous, je le remets à disposition ! 
 
 
 
 

2 Comments

  • Fred

    2 mai 2012

    Wow, et bien voilà un livre que je ne lirai pas! Je ne suis pas lectrice de thriller de toute manière, donc ce genre de choses encore moins. Par contre ton article lui est très bien écrit :)

    Reply
  • Meriem Grace

    27 septembre 2012

    Billet clair et précis. Je ne lirai pas ce bouquin non plus.

    Reply

Laisser un commentaire